Alors continuez à persévérer et votre endurance s’améliorera

Alors continuez à persévérer et votre endurance s’améliorera

Bien que le jeûne soit généralement sans danger pour les individus https://animale-me-gummies-official.top/ , il est important de consulter votre médecin avant d’essayer IF, en particulier pour ceux qui ont des conditions sous-jacentes ou certains médicaments.

L’endurance est la capacité de votre corps à maintenir une activité physique jusqu’à ce que les muscles soient épuisés. Avec une endurance améliorée, vous pouvez maintenir l’activité pendant de longues périodes. L’amélioration de l’endurance provient des améliorations induites par l’exercice dans les systèmes suivants : musculaire, cardiovasculaire (cœur et vaisseaux sanguins) et pulmonaire (poumons).

Points clés à retenir:

  • Il existe deux types d’endurance : cardiovasculaire et musculaire.
  • Le manque d’endurance entraîne une fatigue musculaire.
  • L’amélioration de l’endurance est obtenue grâce à des changements physiologiques dans les systèmes musculo-squelettique, cardiovasculaire et pulmonaire.
  • La seule façon d’améliorer l’endurance est l’exercice.

Types d’endurance

Il existe deux types d’endurance : cardiovasculaire et musculaire. L’endurance cardiovasculaire implique une longue durée d’exercice contre une résistance minimale. Avec une faible endurance cardiovasculaire, vous développez un essoufflement lorsque vous effectuez un exercice cardiovasculaire. L’endurance musculaire, quant à elle, implique une charge beaucoup plus lourde pour une durée plus courte. Avec une faible endurance musculaire, vous développez des douleurs musculaires lorsque vous vous entraînez avec des poids ou de la résistance. Une endurance cardiovasculaire ou musculaire inférieure à la moyenne peut entraîner une fatigue musculaire.

Mécanisme de la fatigue

Même si les systèmes musculaire et nerveux sont impliqués dans le fonctionnement normal des muscles, la physiologie des cellules musculaires provoque de la fatigue. En d’autres termes, la fatigue musculaire n’est pas liée à la fatigue du cerveau, mais aux cellules musculaires elles-mêmes qui n’ont pas assez d’énergie pour se contracter.

  • Fatigue cardiovasculaire. Cela se produit lorsque le cœur, les vaisseaux sanguins et les poumons ne peuvent pas fournir l’oxygène nécessaire aux cellules musculaires. En conséquence, nous respirons plus rapidement pour permettre à plus d’oxygène d’entrer dans le système, ce que l’on appelle familièrement "l’essoufflement".
  • Fatigue musculaire. Cela se produit lorsqu’il n’y a pas suffisamment d’oxygène pour que les cellules musculaires produisent la puissance nécessaire au fonctionnement. Nous voyons souvent cela avec la participation à des sports ou à une activité intense prolongée.

Adaptations physiologiques pour améliorer l’endurance

L’entraînement en endurance entraîne des améliorations dans plusieurs de nos systèmes primaires, notamment les systèmes musculo-squelettique, cardiovasculaire (cœur et vaisseaux sanguins) et pulmonaire (poumons).

Les mécanismes énumérés ci-dessous augmentent l’énergie disponible et retardent la fatigue musculaire.

  • Musculo-squelettique. Dans le muscle squelettique, avec une activité physique accrue, les cellules subissent un processus appelé biogenèse mitochondriale, ce qui signifie que davantage de mitochondries sont produites pour chaque cellule. Les mitochondries sont les parties de la cellule qui génèrent de l’énergie pour que la cellule fonctionne. La plupart des cellules contiennent des milliers de mitochondries, donc un nombre accru de mitochondries conduit à un meilleur fonctionnement des cellules musculaires et à une meilleure fonction musculaire.
  • Cardiovasculaire. Avec une activité physique accrue, le système vasculaire crée de nouveaux capillaires dans les muscles, entraînant une meilleure circulation sanguine – cela augmente la capacité de circulation sanguine (BFC), augmentant la capacité des muscles à transporter et à utiliser l’oxygène.
  • Pulmonaire. Avec l’exercice, l’augmentation du débit cardiaque entraîne une augmentation du passage du sang du cœur vers les poumons et permet une plus grande surface d’échange de gaz dans les poumons – une diminution de l’espace mort alvéolaire. Ainsi, la poursuite de l’exercice entraîne une respiration plus efficace.

Production d’acide lactique

La production d’acide lactique est complexe, mais nous l’expliquerons ici en termes simples. Nos muscles ont besoin d’oxygène pour fonctionner. Lors de l’exercice, nous respirons plus rapidement pour obtenir plus d’oxygène dans notre système. Lorsqu’il n’y a pas assez d’oxygène, différentes réactions chimiques se produisent, produisant de l’acide lactique.

La douleur causée par l’acide lactique provoque une sensation de brûlure immédiate dans les muscles actifs, nous alertant d’arrêter l’activité car elle sollicite trop nos muscles.

En revanche, la douleur ressentie 24 à 72 heures après l’exercice est appelée douleur musculaire d’apparition retardée (DOMS) due à la déchirure des fibres musculaires pour la construction musculaire. Cette douleur est attendue lors de la construction musculaire pour améliorer l’endurance – ce n’est pas un processus pathologique.

Des moyens efficaces pour améliorer l’endurance

Maintenant que nous savons ce qui se passe au niveau cellulaire pour améliorer l’endurance et diminuer la fatigue, vous vous demandez peut-être ce que vous pouvez faire pour améliorer l’endurance et réduire la fatigue. L’exercice est le seul moyen d’améliorer l’endurance cardiovasculaire et musculaire.

Comment augmenter l’endurance cardiovasculaire

Pour améliorer l’endurance cardiovasculaire, vous devez faire de l’exercice pour «faire battre le cœur». Cela peut se faire en participant à des activités telles que :

  • Ski de fond
  • Natation en longueur
  • Aquagym
  • Monter les escaliers
  • Aérobie
  • Marche
  • En cours d’exécution
  • Jogging
  • Vélo
  • Aviron

De nos jours, les programmes d’exercices en réalité virtuelle sont devenus populaires.

Le facteur le plus crucial dans le choix de votre régime cardiovasculaire est de choisir quelque chose que vous aimez. Si vous aimez l’activité physique, vous êtes plus susceptible de continuer et moins susceptible d’arrêter.

Il est préférable de se pousser pendant des périodes plus longues pour améliorer l’endurance cardiovasculaire, mais faites-le progressivement. Chaque personne est différente et améliorera son endurance cardiovasculaire à son propre rythme.

Comment améliorer l’endurance musculaire

Si vous souhaitez améliorer votre endurance musculaire, un entraînement en résistance est nécessaire, mais cela doit être fait progressivement. La forme la plus courante d’entraînement en résistance consiste à utiliser des poids libres ou des appareils de musculation.

Si vous appartenez à un club de santé, vous remarquerez toutes les différentes façons de développer l’endurance musculaire. Cependant, il existe de nombreuses façons de gagner en endurance musculaire à la maison, notamment les bandes de résistance et les ensembles d’haltères, pour n’en citer que quelques-uns.

La plupart des exercices cardiovasculaires augmentent également l’endurance musculaire de muscles spécifiques utilisés pour l’activité.

L’exercice est le seul moyen d’améliorer l’endurance cardiovasculaire et musculaire. Alors continuez à persévérer et votre endurance s’améliorera.

Comment ne pas se fatiguer en courant

Pour ne pas se fatiguer à force de courir, nous vous conseillons d’améliorer votre endurance cardiovasculaire et musculaire, ainsi que de vous étirer.

Pour améliorer l’endurance cardiovasculaire, nous vous recommandons de courir le plus souvent possible et de vous pousser jusqu’à l’épuisement. Pour améliorer l’endurance musculaire de vos membres inférieurs, nous vous recommandons un entraînement en résistance (force) des jambes. Enfin, nous recommandons de s’étirer avant et après la course, ce qui améliore la flexibilité et nous permet de courir plus loin sans fatigue.

Les méthodes de contraception pour les femmes appartiennent généralement à deux catégories principales : les options hormonales et non hormonales. Cet article passe en revue les différents contraceptifs et décrit leur association avec la prise et la perte de poids.

Points clés à retenir:

  • Le contrôle des naissances n’affecte pas de manière significative le gain ou la perte de poids, à l’exception du Depo-Provera, qui a été lié au gain de poids.
  • Avoir une alimentation équilibrée, faire de l’exercice régulièrement et minimiser le sodium peut aider à prévenir et même à encourager la perte de poids pendant la contraception.
  • Discutez avec votre médecin de toute préoccupation concernant la prise ou la perte de poids avec les méthodes contraceptives pour vous assurer que vous êtes sur la meilleure option.

Aperçu des types de contraception

Les couples ont cinq options de contraception lorsqu’ils essaient de prévenir une grossesse, mais la meilleure dépend de plusieurs facteurs. Les options incluent :

Méthodes hormonales

Disponible dans une combinaison d’œstrogène et de progestérone ou une option progestérone seule. En plus de ces options, ces méthodes de contraception se présentent sous forme de pilules, d’injections, d’implants, de patchs et d’anneaux vaginaux. Ils peuvent nécessiter de prendre des pilules quotidiennement, de changer les patchs ou les anneaux à des moments prédéterminés, ou d’injecter/implanter des insertions à intervalles réguliers.

Contraception réversible à longue durée d’action (LARC)

Il s’agit notamment des dispositifs intra-utérins (DIU) placés dans l’utérus par un médecin. L’avantage de ces options est qu’elles sont efficaces pendant des années (3 à 10 ans), selon l’appareil. Ils sont bénéfiques si vous avez des difficultés à vous souvenir de prendre quotidiennement des pilules contraceptives orales.

Méthodes barrières

Les préservatifs (masculins et féminins), les diaphragmes et les éponges contraceptives sont des méthodes de barrière qui peuvent être associées à des spermicides pour aider à augmenter leur efficacité. Ceux-ci nécessitent une insertion correcte et présentent un risque de rupture, ce qui peut entraîner une efficacité réduite.

Contraception d’urgence

La «pilule du lendemain» utilise une forte dose de progestérone pour empêcher l’ovulation ou empêcher l’ovule de s’implanter dans l’utérus. Il n’est généralement utilisé qu’après un rapport sexuel non protégé ou l’échec d’une méthode de barrière et n’est pas recommandé pour une utilisation de routine.

Contraception chirurgicale

Ceux-ci comprennent les ligatures des trompes et les vasectomies. Ce sont des options permanentes pour prévenir la grossesse. Ils peuvent être inversés mais nécessitent une autre intervention chirurgicale pour le faire.

Le contrôle des naissances peut-il entraîner une prise de poids ?

De nombreuses études de recherche ont exploré cette question pour déterminer si la contraception hormonale entraîne une prise de poids. Bien que de nombreuses études soient de mauvaise qualité, une seule option de contrôle des naissances est considérée comme entraînant une prise de poids. Il a été démontré que le tir Depo-Provera provoque une prise de poids comprise entre 2 et 28 livres chez les utilisateurs.

Heureusement, Depo-Provera est la seule option de contraception hormonale avec des preuves suggérant qu’elle peut entraîner une prise de poids. La plupart des options n’ont pas été liées à la prise de poids, et généralement les effets sur le poids sont individuels, car certains perdront et d’autres prendront du poids lors du démarrage d’un médicament contraceptif hormonal.

Les méthodes de contraception contenant de l’œstrogène et de la progestérone peuvent augmenter l’appétit, entraînant une prise de poids. De plus, ces options hormonales peuvent entraîner une augmentation de la rétention d’eau et de la graisse corporelle. Cependant, les femmes participant aux études évaluant les effets de la prise de poids n’étaient pas plus susceptibles de prendre du poids avec ou sans contraception. Par conséquent, il est peu probable que le contrôle des naissances ait un effet significatif sur le poids.

Comment éviter de prendre du poids lorsqu’on prend un contraceptif

Il est essentiel lors de la prise de ces médicaments de maintenir une alimentation équilibrée et d’obtenir au moins 30 minutes d’activité physique au moins cinq jours par semaine. Pour aider à minimiser la rétention d’eau, réduisez la quantité de sodium consommée dans votre alimentation.

Contents